Redécouvrir le Grand Marnier


Mes découvertes / dimanche, octobre 28th, 2018

 

J’ai eu la chance d’assister à un souper au Ritz-Carlton de Montréal inspiré du menu de l’inventeur du Grand-Marnier: Louis-Alexandre Marnier-Lapostolle.Celui-ci avait  invité César Ritz à déguster sa création qui s’appelait à l’époque Curaçao Marnier!

L’histoire débute en 1827, Jean-Baptiste Lapostolle fonde une distillerie qui produit de la liqueur de fruits. En 1976 sa petite  fille épouse Louis-Alexandre Manier, fils d’une famille de vivificateurs,voit alors le jour la Maison de Marnier-Lapostolle, amoureux de cognac fin. Louis-Alexandre  eut l’idée novatrice de jumeler cognac et une variété rare d’orange des Caraïbes, le « citrus Bigaradia »À l’époque, les oranges étaient un produit de luxe, consommé surtout lors d’occasions spéciales. Depuis 2004, c’est Patrick Raguenaud, Maître assembleur chez Grand-Marnier ,qui perpétue les connaissances et la tradition.

 La production du Grand Marnier se fait en 3 phases:

1- la production de cognac , qui comprend 5 phases principales :vendanges, production de vin blanc, processus de distillation double, vieillissement en fût de chêne, assemblage de cognac.

2-la production d’essence d’orange, qui comprend 4 phases principales : cueillette à la main des oranges, séchage au soleil (les peaux sont séparées des oranges et  séchées au soleil afin de conserver leurs saveurs), transport vers la France, distillation (épluchage, macération, distillation)

3- le mariage de cognac et d’orange, qui comprend 3 phases principales: le mariage de cognac et d’oranges, le repos dans de larges fûts de chêne, et l’embouteillement

C’est le premier spiritueux que j’ai eu la chance de découvrir, de déguster quand j’étais adolescente et il demeure encore parmi mes préférés. Dès l’adolescence j’ai aimé le goût du cognac et d’oranges amères, peut-être  parce que mon père en a toujours mis un peu dans sa salade de fruits, et que nous en avions toujours à la maison?  J’ai toujours bu du Grand Marnier Cordon rouge qui est composé de 51% de fin cognac français et de 49% d’oranges amères, mais lors du souper au Ritz,j’ai eu la chance de déguster un cocktail ou une cuvée différente à chaque service.

Un grand Sidecar à l’apéro accompagné de crevettes marinées au citron vert enrobées de Daïkon, la Cuvée Louis-Alexandre (82% de cognac) avec la Crème Dubarry, la meilleure jamais mangée, le Grand Collins qui accompagnait le saumon printanier en Bellevue, le Grand Old Fashioned avec le suprême de pintade aux navets, sauce au vin jaune.Nous avons aussi dégusté la Cuvée Centenaire (mélange de cognac XO), la Cuvée 1880 ( 91% de cognac XO grande champagne) accompagnait un dessert à l’argousier, et pour terminer: la Cuvée Quintessence (cette édition limitée annuelle a été introduite en 2011 comme l’expression ultime de la Maison de Marnier Lapostolle). Il s’agit d’un rare mélange de cognacs millésimés exceptionnellement vieux, provenant exclusivement de Grande Champagne et de vieilles réserves familiales spéciales en fûts de chêne français. Ce rare mélange de cognac est ensuite combiné avec une double distillation exigeante des oranges exotiques sauvages, signature du Grand Marnier 82 % de cognac de notre Paradis.

Du vrai bonheur en bouteille!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *